Histoire du canton de Ruffec, de ses communes, et de sa gastronomie
  • Accès direct d'un clic à toutes les pages grâce au plan du site :
 
Voir aussi le site du canton de Villefagnan (http://villefagnan.wifeo.com/), qui partage une grosse part d'histoire avec Ruffec. L'avenir de ces territoires est en cours de finalisation avec une communauté de communes unique, pour le moment et sans doute très provisoirement Val de Charente.


Fêtes à ne pas rater : http://villefagnan.blogs.charentelibre.fr/agenda-des-sorties/
 

Ce site peut sembler surprenant ! Créé pour parler de la gastronomie ruffécoise antan, il revient vers le présent parce que des producteurs locaux ont repris le flambeau. Mais comment parler de gastronomie sans parler d'histoire locale ?

"1897, mon cher Emile, je passe devant un hôtel, l'Hôtel des Ambassadeurs, et, comme il est l'heure de déjeuner, j'y entre. Je n'ai pas à m'en repentir. Un maître d'hôtel, avec un large tablier blanc, m'aborde et me fait le meilleur acceuil. je me mets à table. Qu'elle profusion de bonnes choses ! Il n'y a qu'à Ruffec qu'on mange comme celà !
Connais-tu la truffe ? Si tu ne la connais pas, viens ici : on en respire l'odeur partout et M. Poste te fera goûter un de ces pâtés de foie gras aux truffes, qui est une spécialité de Ruffec, et qu'il prépare si bien pour ses hôtes, et même pour l'exportation. Ruffec a deux fabriques de pâtés, Poste et Deschandeliers, toutes les deux très renommées...
"


En 1897, la maison Claudot-Deschandeliers était propriétaire et gérant de l'Hôtel de France, ainsi successeur de l'hôtel des postes de Thorel ; ce dernier avait importé à Ruffec, vers 1820, le pâté de foie gras aux truffes, recette de Strasbourg. Et probablement relancé la fabrication de pâté de perdreau truffé. En face, chez Poste, on avait sans doute accompagné cette initiative (en partie précédé peut-être...), pour satisfaire les
nombreux voyageurs...
La gastronomie ruffécoise, ce n'est pas un mythe. La réputation de Ruffec, bourgade d'Angoumois et de Charente, a dépassé largement autrefois les frontières françaises. Sans doute grâce au passage de la route royale de Paris en Espagne et l'établissement d'un relais de poste en 1760. Plus sûrement grâce à l'arrivée du grognard Thorel en 1816 qui permit à Ruffec d'étendre la réputation ruffécoise à d'autres produits que le fromage dit de Ruffec.
Histoire locale et gastronomie devraient faire bonne chère. Mais la population doit être convaincue de l'intérêt de son pays, pour mettre en valeur de nouveaux produits qui mériteraient d'être mieux exploités, comme antan.
C'est dans la traversée du Ruffécois que le fleuve Charente offre ses plus beaux atours, les décideurs se devraient de ne pas l'ignorer. Un survol local en montgolfière du plus beau ruisseau du royaume d'Henri IV suffirait à les convaincre : avis aux entreprises concernées !

Avec ce site internet, qui visite toutes les communes du canton de Ruffec, révisons un peu nos connaissances historiques. Grâce à bien des auteurs et des sources que nous nous efforcerons de citer.
 
Ruffec (16700) s'est fait connaître dans l'Europe entière par ses pâtés de perdreaux truffés. Le pâté dit de Ruffec était un délicat assemblage, à savoir que le perdreau n'était pas mélangé au porc, mais monté en lamelles superposées. Le pâté était initialement contenu dans une coque de pâte (d'où le nom de pâté) laquelle ne se consommait pas, en principe. Puis on utilisa des terrines de terre cuite fabriquées en énorme quantité à Angoulême.

Les truffes étaient récoltées à l'origine dans la région de Ruffec. Les oies et canards gavés au maïs dit de Ruffec (on dit aussi de La Faye), excellente variété locale.

On se demande encore comment les bons goûts locaux, les personnages dits éclairés, et le commerce, ont pu laisser se perdre de tels raffinements. Ach !!!

Aujourd'hui, quelques initiatives subsistent en matière de foie gras, grâce à la maison Epinoux de La Faye, mais la renommée de Ruffec semble définitivement grillée. L'artisanat est supplanté par la petite industrie, le commerce de détail a perdu la partie face à la grande distribution. La clientèle ne s'intéresse plus aux recettes locales préférant le sandwich industriel... Il faudrait que réapparaisse un personnage à la stature de Thorel... ou Deschandeliers... ou Claudot... ou Rouillon. Et que s'installe le bon sens.

Parler de foie gras à Ruffec peut surprendre ! L'histoire justifie l'évocation de ce produit qui n'est absolument pas né en Sud-Ouest : car il a bel et bien été inventé en Alsace à la fin du XVIIIe siècle. Si !
 

Agrandir le plan



Guide des voyages de 1846, route postale de Paris en Espagne, Ruffec. Presque le point de départ de cette étude gastronomique...

La maison Epinoux de La Faye a relancé la production locale de foie gras.



Contact : PBaudouin@wanadoo.fr




 



Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement